La chevauchée des steppes : 3000 kms à cheval à travers l'Asie centrale par Priscilla Telmon

La chevauchée des steppes : 3000 kms à cheval à travers l'Asie centrale

Titre de livre: La chevauchée des steppes : 3000 kms à cheval à travers l'Asie centrale

Éditeur: Robert Laffont

ISBN: 2221093704

Auteur: Priscilla Telmon


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Priscilla Telmon avec La chevauchée des steppes : 3000 kms à cheval à travers l'Asie centrale

Ils ont parcouru à dos de cheval 3 000 kilomètres à travers l'Asie centrale, soit un périple qui les a menés de la Chine au Moyen-Orient, en traversant le Kirghizistan, le Tadjikistan, l'Ouzbékistan, pour toucher enfin la mer d'Aral. Un voyage de six mois qui vaut comme exploit sportif, mais qui intéresse encore davantage pour la description qu'il propose d'un monde à part, féerique et autarcique, un monde secret et enchanteur : le monde des steppes.

Priscilla ayant reçu une formation d'ethno-médecine et Sylvain de géographie, nos deux jeunes gens (ils ont moins de trente ans) parviennent à communiquer chaleureusement leur passion vive pour cette région du monde faite de longs déserts, de remparts rocheux, de montagnes indomptables. Du pays des steppes, ils restituent la magie essentielle et intacte que le cours de l'histoire – depuis les armées de Gengis Kahn jusqu'à l'ère communiste – n'a pas réussi à changer ou altérer. "Jardins de Babylone à brouter, chaque jour" pour les chevaux, terre ancestrale des populations mongoles, le pays des hautes herbes du monde que sont les steppes fascinent encore et toujours. Le lecteur redécouvre dans cette "chevauchée des steppes" le goût de l'étude géographique, surtout quand elle est apprise au rythme d'un voyage et quand elle est scandée par le pas des chevaux. --Denis Gombert

Livres connexes

Ils ont parcouru à dos de cheval 3 000 kilomètres à travers l'Asie centrale, soit un périple qui les a menés de la Chine au Moyen-Orient, en traversant le Kirghizistan, le Tadjikistan, l'Ouzbékistan, pour toucher enfin la mer d'Aral. Un voyage de six mois qui vaut comme exploit sportif, mais qui intéresse encore davantage pour la description qu'il propose d'un monde à part, féerique et autarcique, un monde secret et enchanteur : le monde des steppes.

Priscilla ayant reçu une formation d'ethno-médecine et Sylvain de géographie, nos deux jeunes gens (ils ont moins de trente ans) parviennent à communiquer chaleureusement leur passion vive pour cette région du monde faite de longs déserts, de remparts rocheux, de montagnes indomptables. Du pays des steppes, ils restituent la magie essentielle et intacte que le cours de l'histoire – depuis les armées de Gengis Kahn jusqu'à l'ère communiste – n'a pas réussi à changer ou altérer. "Jardins de Babylone à brouter, chaque jour" pour les chevaux, terre ancestrale des populations mongoles, le pays des hautes herbes du monde que sont les steppes fascinent encore et toujours. Le lecteur redécouvre dans cette "chevauchée des steppes" le goût de l'étude géographique, surtout quand elle est apprise au rythme d'un voyage et quand elle est scandée par le pas des chevaux. --Denis GombertIls ont parcouru à dos de cheval 3 000 kilomètres à travers l'Asie centrale, soit un périple qui les a menés de la Chine au Moyen-Orient, en traversant le Kirghizistan, le Tadjikistan, l'Ouzbékistan, pour toucher enfin la mer d'Aral. Un voyage de six mois qui vaut comme exploit sportif, mais qui intéresse encore davantage pour la description qu'il propose d'un monde à part, féerique et autarcique, un monde secret et enchanteur : le monde des steppes.

Priscilla ayant reçu une formation d'ethno-médecine et Sylvain de géographie, nos deux jeunes gens (ils ont moins de trente ans) parviennent à communiquer chaleureusement leur passion vive pour cette région du monde faite de longs déserts, de remparts rocheux, de montagnes indomptables. Du pays des steppes, ils restituent la magie essentielle et intacte que le cours de l'histoire – depuis les armées de Gengis Kahn jusqu'à l'ère communiste – n'a pas réussi à changer ou altérer. "Jardins de Babylone à brouter, chaque jour" pour les chevaux, terre ancestrale des populations mongoles, le pays des hautes herbes du monde que sont les steppes fascinent encore et toujours. Le lecteur redécouvre dans cette "chevauchée des steppes" le goût de l'étude géographique, surtout quand elle est apprise au rythme d'un voyage et quand elle est scandée par le pas des chevaux. --Denis Gombert